Racing Actu

20/09/2016

À la découverte de Charles Reynaert

Le jeune trois-quart belge du Racing 92 Charles Reynaert a disputé ses premières minutes chez les Pros lors du déplacement des Ciel et Blanc à Clermont. Le Diable Noir nous raconte son histoire singulière qui lui a permis de découvrir le TOP 14. (Crédit photo : Jpoupart)

Tout d’abord, Charles d’où viens-tu ?

Je viens de Bruxelles en Belgique. J’ai deux frères et une sœur, mon père est sapeur-pompier. Au niveau scolaire, j’ai fait 2 ans de droit d’abord dans une université de Bruxelles puis à Liège. J’ai arrêté à cause des nombreux voyages avec l’équipe de Belgique à 7 (Charles compte plus de 30 sélections à 7). Je fais en ce moment un BTS MUC en parallèle du rugby au Racing 92.

Comment es-tu venu au rugby ?

À 7 ans, je cherchais un sport qui me permettrait de me défouler et je suis tombé par hasard sur la Coupe du Monde 2003 en Australie à la TV. Ça m’a tout de suite donné envie d’essayer et j’ai tout de suite accroché ! Je me suis donc inscrit au Kituro Rugby Club (ancien club de V. Debaty) de Bruxelles qui est assez connu au niveau national avec plusieurs titres à son actif.

As-tu déjà été appelé en sélection belge ?

Oui, j’ai d’abord commencé à 17 ans avec le 7 qui m’a permis de pas mal voyager, puis ensuite le XV avec qui j’ai connu la relégation en 2ème division Européenne puis la remontée cette année. Je commence à avoir une belle expérience avec les « diables noirs » !

Ça te tient à cœur de représenter la Belgique ?

Bien évidemment, c’est même une fierté ! J’ai déjà une vingtaine de sélections et cette saison s’offre à nous un magnifique challenge avec des oppositions contre des nations habituées à disputer la Coupe du Monde comme la Roumanie ou la Géorgie dans l’antichambre du VI Nations. C’est l’objectif de tout compétiteur de disputer ce genre de rencontres !

Comment as-tu atterri dans les Hauts-de-Seine ?

Il faut savoir que très peu de match de rugby en Belgique sont diffusés mais le fait de jouer des tournois assez importants à 7, comme le Grand Prix Series, m’a apporté un peu de visibilité. Le sélectionneur de l’équipe de Belgique à 7 est aussi le beau-frère d’Anthony Cabaj (entraîneur du Centre de Formation du Racing 92) qui nous a mis en relation puisque mon profil l’intéressait.

Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont
Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont
Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont
Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont
Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont
Charles Reynaert fait ses premiers pas en TOP 14 face à Clermont

Quelle a été ta première impression en arrivant au Centre de Formation au Plessis-Robinson ?

J’ai vraiment été impressionné par les installations ! On a tout à disposition et à portée de main. Tout est fait pour que l’on puisse progresser. Il faut savoir que lorsqu’on est rugbyman en Belgique, avec le peu d’infrastructures dédiées au rugby, il faut presque se former tout seul. Pour l’instant il n’y a qu’un centre de formation à Liège et d’autres devraient être créés d’ici quelques années.

Comment s’est passée ta première saison avec les Espoirs ?

Ce fut un peu compliqué au début puisque j’étais nouveau et je ne connaissais pas grand monde. On a connu pas mal de défaites au début de saison avec pas mal d’Espoirs qui étaient pris chez les pros pendant la Coupe du Monde. Ensuite cela s’est mieux passé et à la fin de la saison on sentait qu’on avait un vrai groupe soudé avec lequel on devrait faire de belles choses cette saison.

Quels étaient tes objectifs en venant ici ?

Tout d’abord trouver et gagner ma place chez les Espoirs tout en gardant un œil sur les pros. Je savais que le Racing 92 donnait sa chance aux jeunes et quand on voit la trajectoire d’un Louis Dupichot la saison dernière, il faut se dire que rien n’est impossible !

Ça fait quoi de disputer la préparation d’avant saison avec les pros ?

Forcément on est un peu surpris et timide de se retrouver au milieu de stars du rugby international. On les regarde avec des grands yeux mais on se rend vite compte qu’à leur contact on progresse et on apprend beaucoup plus vite. J’ai aussi été agréablement surpris de l’ambiance qui régnait au sein de ce groupe soudé et qui intègre vraiment bien les plus jeunes. On retrouve ce sens du partage chez les Néo-Zélandais, un joueur comme Joe Rokocoko arrive toujours à l’entraînement avec le sourire et prend toujours du temps pour conseiller les plus jeunes. Après 20 ans de carrière, ça force le respect !

Comment s’est déroulée ton entrée en jeu face Clermont pour ta première apparition en TOP 14 ?

J’ai savouré chaque moment de cette journée, que ce soit le départ en avion, l’arrivée dans ce stade assez mythique qu’est Marcel Michelin, l’avant-match dans les vestiaires… Ensuite je suis rentré à la 60ème minute, le score était déjà acquis pour Clermont mais ça m’a permis de faire mes débuts avec moins de pression et de me sentir tout de suite bien sur le terrain.

Vous aimerez aussi

Soutenez votre
équipe préférée !

2ème journée

Samedi 11 septembre

Paris La Defense Arena

21h05

-

Racing 92

La Rochelle

3ème journée

Samedi 18 septembre 2021

Parc des Sports d'Aguiléra

15H00

-

Biarritz Olympique

Racing 92

4ème journée

Samedi 25 septembre 2021

Paris La Defense Arena

17H00

-

Racing 92

Lyon OU

5ème journée

Dimanche 3 octobre 2021

Stade Marcel-Michelin

21H05

-

ASM Clermont

Racing 92

6ème journée

Samedi 9 octobre 2021

Paris La Defense Arena

02H00

-

Racing 92

USA Perpignan

7ème journée

Samedi 16 octobre 2021

Stade Mayol

02H00

-

Toulon

Racing 92