07/03/2023

Interview Chloé Dusart, kinésithérapeute au sein du Racing 92

Chloé Dusart, kinésithérapeute au sein du Racing 92 a répondu à nos questions. Découvrez l'interview ci-dessous :

Peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Chloé Dusart, j’ai 25 ans et je travaille au Racing 92 depuis cet été en tant que kinésithérapeute de l’équipe première. »

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

« C’est un métier qui me tient à cœur. A la base, j’étais partie pour faire médecine et j’ai bifurqué vers kinésithérapeute, car j’ai envie de faire partie de la partie positive de la maladie avec la rééducation et de la fin de la maladie. En l’occurrence ici avec le retour au terrain. »

Peux-tu nous décrire ton parcours ?

« J’ai pratiqué le rugby quand j’étais petite puis j’ai fait beaucoup d’équitation et finalement, le rugby ne m’a jamais quitté. Au sein de mes études, c’est pareil, j’ai toujours fait partie des équipes de rugby de mes écoles par lesquelles je suis passée. Au niveau des études, j’ai passé mon bac puis je suis partie en faculté de médecine. J’ai fait les deux premières années de médecine puis j’ai bifurqué vers une école de kinésithérapeute pendant 4 ans. Cette formation fait de moi une titulaire d’un master 2 en kinésithérapie. »

Quelles sont les qualités nécessaires pour faire ce métier ?

« Pour être un bon kinésithérapeute, il faut beaucoup de patience, d’empathie. Il faut aussi énormément de motivation, car ce n’est pas tout le temps facile. Et surtout, il faut être désireux de comprendre son patient parce qu’on a beau apprendre beaucoup de choses à l’école, ça ne suffit pas forcément.  Au Racing 92, il faut la volonté de bien faire et de toujours performer pour l’équipe et pour le joueur. »

Quels sont les bienfaits des séances de kiné sur la récupération des joueurs ?

« La récupération, c’est quelque chose de très vaste : il y a à la fois la récupération physique et la récupération mentale. Je pense qu’aujourd’hui le service de kiné et le service médical du racing sont dédiés à ces deux grands points. Les séances de récupération nous permettent de soigner tous types de blessures qui peuvent apparaître lors des matchs ou entraînements, mais elles permettent aussi la récupération mentale des joueurs. En effet, ces dernières leur permettent de trouver une autre oreille que celles des coéquipiers ou des coachs. »

Comment mettez-vous en place le traitement des joueurs ?

« Alors déjà, cela dépend du joueur et de la blessure qu’il a subie. On ne va pas soigner de la même façon un joueur qui se fait une épaule ou une blessure articulaire ou musculaire. Nous, on s’attache vraiment à ce que le joueur soir raccord avec ce qu’on a prévu pour lui notamment par rapport au délai et au contenu de ce qu’on va faire. Nous l’idéal, c’est que le joueur revienne tel qui l’était avant voir même meilleur parce qu’au début de la saison on fait du screening pour regarder les déficits qu’il peut y avoir chez certains joueurs en termes de mobilité et de force. Pour nous les blessures, c’est à la fois l’occasion de guérir la blessure, mais aussi d’améliorer le joueur dans son intégralité. C’est donc une prise en charge globale du joueur que l’on va mettre en place. »

Comment suivez-vous l’évolution de la santé des joueurs ?

« On a plusieurs indicateurs qui vont nous permettre de suivre l’évolution de santé des joueurs et surtout leur état de fatigue. Ça passe notamment par un screening au cours des semaines où l’on teste la force musculaire des joueurs sur pas mal de mouvements. Ca passe aussi par la force des ischios jambiers qui sont quelque chose de très important et qui quantifie bien la fatigue du joueur car c’est très révélateur de la charge de travail du joueur et de son niveau de fatigue. On s’appuie aussi sur les données GPS lors des derniers matchs et entraînements. Et bien sûr et surtout, ce que nous décrit le joueur, car un joueur qui admet qu’il est fatigué c’est très rare au rugby donc quand ça, arrive il faut vraiment le prendre au sérieux. »

As-tu des conseils/tips pour améliorer la récupération chez les jeunes sportifs ou sportifs amateurs ?

« Nous ici, on a fait le pari de tout mettre en place et de faire confiance à des nouvelles techniques de récupération. On se laisse l’opportunité de voir si ça marche ou ne marche pas. Dans le sens où l’on met tout de notre côté pour faire récupérer les joueurs même si c’est 1%, c’est déjà 1% de gagné.
Ce que je peux donc conseiller, c’est de faire cela et de tout mettre en place pour améliorer la récupération. Si cela passe par boire une bière de moins en troisième mi-temps, c’est déjà ça. »

Vous aimerez aussi

Soutenez votre
équipe préférée !

21ème journée

Samedi 20 avril 2024

Stade Charles-Mathon

17h00 (Rugby +)

-

Oyonnax

Racing 92

22ème journée

Samedi 27 avril 2024

Stade Ernest-Wallon

15h00 (Canal +)

-

Stade Toulousain

Racing 92

23ème journée

Samedi 11 mai 2024

Stade de l'Abbé Deschamps - Auxerre

02H00

-

Racing 92

Aviron Bayonnais

24ème journée

Samedi 18 mai 2024

Stade Gerland

02H00

-

Lyon OU

Racing 92

25ème journée

Samedi 1 juin 2024

Stade de l'Abbé Deschamps - Auxerre

02H00

-

Racing 92

Section Paloise

26ème journée

Samedi 8 juin 2024

Stade Marcel Deflandre

21H00

-

La Rochelle

Racing 92