Racing Actu

27/11/2010

Le Racing au mental !

Les supporters Ciel et Blanc doivent avoir le coeur bien accroché... depuis quelques rencontres, nos Racingmen nous donnent des sueurs froides en fin de match en arrachant la victoire sur le fil (Stade Français, Section Paloise, Brive). Les deuxièmes mi-temps semblent sourire à Henry Chavancy et ses hommes qui parviennent, grâce à une belle force de caractère et un physique infaillible, à retourner le film de la rencontre malgré une entame difficile.

Laurent Travers

 » Nous avons le physique et le mental pour ne jamais lâcher les matchs… Ainsi que beaucoup de caractère pour aller scorer en fin de partie. Cela implique aussi une jauge physique encore bien remplie après 80 minutes de match, il est donc dommage d’attendre aussi tard avant de réagir.

Par exemple lors de la finale, le ballon a été en jeu à peu près 37 minutes (34 pour un niveau international), nous sommes donc prêts pour créer du mouvement et tenir la distance sur des grosses rencontres. Et surtout nous avons le mental pour se relever en toute fin de partie, ce qui est plus que positif !! Mais pourquoi ne pas le faire avant ? Il nous faut être dans l’action et non dans la réaction.

La victoire passe tout de même avant tout, j’ai en tête le match face au stade toulousain : le contenu était très satisfaisant, mais le résultat n’y est pas. Il est plus facile de construire sur des victoires, et d’essayer de se soulager d’un peu de stress en fin de rencontre. »

Henry Chavancy

« Je ne sais pas trop l’expliquer cette irrégularité, est-ce un problème de concentration ? Nous sommes dans la réaction, au lieu d’imposer rapidement notre jeu. Cela fait quelques temps que l’on finit bien les matchs – donc il est important de se concentrer aussi sur le positif : prendre des points et gagner ! Malgré tout, nous savons qu’il est nécessaire d’être plus constants sur 80 minutes pour pouvoir gagner face aux grosses écuries de ce championnat. C’est un véritable projet, nous sommes conscients de cela et nous essayons de gommer cette lacune. »

Boris Palu

« Lors des matchs face à Brive et à Pau, le scénario est très similaire, nous sommes menés en deuxième mi-temps et nous revenons dans les dernières minutes. Nos adversaires sont prévenus, nous ne lâchons rien jusqu’au coup de sifflet final, nous sommes capables d’aller chercher la victoire même dans des scénarios compliqués ! À nous de travailler dans le bon sens, pour éviter de nous mettre dans ce genre de situation compliquée ?  »

Vous aimerez aussi

Soutenez votre
équipe préférée !

Demi-finale

Vendredi 18 juin

Stade Pierre Mauroy - Lille

20h45 (Canal +)

19 - 6

La Rochelle

Racing 92