Racing Actu

08/10/2016

R92 vs SFP – Le Champion se défend

Au bout d’un final haletant, et un essai de Camille Chat dans les dernières secondes, le Racing 92 s’est imposé devant le Stade Français cet après-midi (29-22). Quoique dominés en première période, le champion de France doit sa victoire à une grosse défense et la précision du pied de Maxime Machenaud. (Crédit photo : Julien Poupart // Attitude Rugby)

Son honneur entaché par des informations parues vendredi dans la presse, le Racing 92 s’est défendu de la meilleure des manières aujourd’hui, en remportant le derby avec une performance pleine de caractère. Mais il a fallu attendre les toutes dernières secondes du match pour voir les Ciel et Blanc l’emporter, grâce à une séquence de jeu hallucinante de plus d’une minute. Partie d’une mêlée à introduction parisienne à l’entrée de leurs 22, c’est d’abord Chris Masoe qui sonna la charge, suivi d’une série de coups de boutoir de Camille Chat , Albert Vulivuli , Wen Lauret et Ben Tameifuna , avant que Chat ne plonge dans l’en-but pour l’essai libératoire. Pour couronner le tout, Machenaud transformait, complétant un remarquable sans-faute au pied (7 sur 7, 19 points) et privant au passage le visiteur du bonus défensif.

« C’était un match très compliqué, très difficile face à notre meilleur ennemi, notait Laurent Labit, le co-entraîneur Ciel et Blanc. Mais malgré le contexte, la vérité de ce match est qu’on avait besoin de points. Il fallait être capable d’assurer un match à domicile. »

Les Parisiens avaient ouvert le score avec un premier but de Dupuy à la 5e minute, et ce après que les visiteurs avaient failli marquer un essai dès la 2e minute de la rencontre. A l’image de leur entame du match, ce sont les Stadistes qui ont fait le jeu en première période, dominant la conquête et passant plus de 80 pour cent du temps dans la moitié de terrain francilienne.

« C’est vrai, après ce qui s’est passé on n’avait pas la tête au Stade Français, analysait Machenaud, mais après notre mauvais début de match Il fallait sortir une grosse deuxième période. Et on l’a fait. »
Casey Laulala
Casey Laulala

Parvenant à enchaîner les temps de jeu, les Parisiens sont néanmoins tombés sur une défense en fer du champion de France, une défense qui pressait très haut et qui dès la 11e minute a poussé les trois-quarts stadistes à l’erreur. Une tentative de passe sautée à l’entrée du camp Ciel et Blanc, un ballon perdu et, contre le cours de jeu, c’est Juan Imhoff qui s’en saisit, avant de filer 60 mètres pour marquer au pied des poteaux.

Maxime Machenaud transformait, et les Racingmen reprenaient le score, 7-3 (11e). Privé de ballons, face au vent, les Ciel et Blanc ont continué de subir les assauts parisiens, les visiteurs profitant de leur domination pour ajouter deux buts de Dupuy (16e, 32e) puis un essai d’Arias, transformé par Dupuy pour prendre les devants (7-16, 38e).

Un but de Machenaud (40e) ayant permis aux Ciel et Blanc de réduire l’écart à 10-16 à la pause, le Racing a inversé la pression en deuxième période, revenant à un score de parité (16-16) peu après la reprise, grâce à deux autres buts du demi de mêlée international (43e, 48e). Un quatrième tir de Machenaud permettait même aux Ciel et Blanc de reprendre la tête (19-16) peu avant l’heure de jeu, mais après un nouvel échange de buts, le Stade Français revenait à égalité (22-22) à cinq minutes de la fin.

SCORE FINAL

RACING 92 29-22 STADE FRANÇAIS (MT 10-16)

LES MARQUEURS
RACING 92
2 Essais : Imhoff, Chat
5 Buts : Machenaud
2 Transformations : Machenaud

STADE FRANÇAIS
Essai : Arias
5 Buts : Dupuy (3), Bosman, Plisson
Transformation : Dupuy

Vous aimerez aussi

Soutenez votre
équipe préférée !

26ème journée

Championnat Suspendu

16H00

-

Racing 92

Toulon