Racing Actu

06/04/2017

R92 vs SP - Tout reste à jouer !

Une fois n’est pas coutume, c’est à l’heure inhabituelle de 12h30 que les Ciel et Blanc s’apprêtent à recevoir la Section Paloise sur la pelouse historique du stade départemental Yves-du-Manoir ce dimanche. Alors que le Racing 92 lutte toujours pour décrocher sa qualification pour la phase finale du TOP 14, c’est un duel qui s’annonce serré face à un concurrent direct.

La fin du TOP 14 se profile déjà à l’horizon. Dimanche les Racingmen recevront leur avant-dernier match de phase régulière à Colombes, mais pour le champion de France en titre rien n’est encore acquis.

Certes, grâce à leur succès (27-24) il y a deux semaines face à Clermont à Lille les Ciel et Blanc sont revenus au contact du peloton de tête. Mais à l’aube de cette 23e journée, les Racingmen ne sont qu’à la huitième place, trois points derrière leur adversaire du jour, la Section Paloise, révélation de la saison qui pointe déjà en 6e position.

Du coup, pas besoin d’un doctorat en mathématiques quantiques, pour l’encadrement du Racing 92 le calcul est vite fait. « C’est très simple : si on veut rentrer dans les six, il faut que l’on passe devant Pau. Ça veut dire qu’il faut une victoire pour nous et que les Palois prennent zéro point » décrypte Laurent Labit, co-entraîneur des Ciel et Blanc.

Joe Rokocoko
Joe Rokocoko

Si on se contentait de regarder le résultat de l’année dernière, à priori les Ciel et Blanc n’ont pas de souci à se faire. L’an dernier, lors de la 24e journée, les Palois se sont inclinés 43-13 à Colombes, encaissant six essais contre un. Mais, comme le souligne Laurent Labit, le Pau de cette saison n’a rien à voir avec celui de l’an dernier. Après une première année d’apprentissage pour le promu en TOP 14, terminée à la 11e place, depuis leur dernière venue le 21 mai 2016 les Béarnais ont fait des progrès énormes. Comme en témoigne leur jeu enthousiasmant, leur succès (26- 17) lors du match aller, et leurs trois victoires à l’extérieur, contre Grenoble (38-39), Bordeaux (16-18) et surtout Toulouse (10-20).

« On l’a vu : les Palois ont bien progressé cette saison. Alors il faut qu’on soit prudent, qu’on soit surtout respectueux de ce qu’ils sont capables de faire, » précise Labit. Quoique privés de leurs deux All Blacks champions du monde (Conrad Smith et Colin Slade, blessés), les Palois peuvent néanmoins compter sur les talents de Steffon Armitage, sans doute le meilleur « gratteur » du TOP 14, et de deux anciens Racingmen Fabrice Metz et Louis Dupichot.

Bref, une fois de plus tout reste à jouer pour les Racingmen. Mais après un bon week-end de repos, et le soulagement du blanchiment sans la moindre réserve de Daniel Carter , Juan Imhoff et Joe Rokocoko dans l’affaire dite des corticoïdes, nos Ciel et Blanc ont de nouveau les idées claires et des fourmis dans les jambes. « Ça fait du bien dans les têtes ! Confirme Labit. Désormais, on espère que la fin de saison sera bien meilleure que ce que l’on a vécu jusqu’à présent. On reste optimiste et ambitieux, car dimanche on a la possibilité de rentrer dans les six. ». Une occasion à ne pas rater pour les Ciel et Blanc.

« Il faut qu’on soit prudent, qu’on soit surtout respectueux de ce qu’ils sont capables de faire. » Laurent Labit - Entraîneur des avants

Vous aimerez aussi

Soutenez votre
équipe préférée !

Quarts de finale

Dimanche 11 avril 2021

13H30

24 - 21

Union Bordeaux-Begles

Racing 92

21ème journée

Samedi 17 avril

Paris La Défense Arena

21h05 (Canal +)

-

Racing 92

Stade Francais

22ème journée

Samedi 24 avril

Stade Ernest-Wallon

21h05 (Canal +)

-

Stade Toulousain

Racing 92

23ème journée

Samedi 8 mai

Paris La Défense Arena

14h45 (Canal +)

-

Racing 92

ASM Clermont

24ème journée

Week-end du 15/16 mai

Stade du Hameau

Date à définir

-

Section Paloise

Racing 92

25ème journée

Week-end du 29/30 mai

Stade Armandie

Date à définir

-

Agen

Racing 92